En 1988, Victorin, Maurice et Michel, tous les trois membres du Club Taurin de la Vallée des Baux décident de faire revivre cette fête religieuse de la Saint Eloi à Maussane les Alpilles. La Carretto Ramado est garnie d’ormeau, de buis et d’olivier comme à l’ancien temps.

En 1989, une nouvelle société Saint Eloi voit le jour. Il y a eu durant ses années passées, de très belles choses d’accomplies, en toute modestie.

Tout d’abord, nous avions sollicité les anciens agriculteurs Maussanais désirant être Bayle et avoir l’honneur de recevoir la Charrette. Suite à la disparition du cheval ‘’Ponpon’’, nous avons acheté une jument de trait ‘’Betty’’ née le 8 février 1989. Puis, nous avons été acceptés au sein de la fédération Alpilles Durance qui nous a permis d’exister vraiment et d’avancer en toute quiétude au milieu de nos confrères respectifs.

Au fil des années, un lien s’est tissé entre le village et les charretiers voisins qui traversent nos Alpilles pour partager très volontiers notre célèbre déjeuner avec nos omelettes baveuses, nos andouillettes, nos saucisses maison et le fromage qui réveillent nos papilles gustatives le dimanche matin.

Nos belles demoiselles et dames costumées revêtent leur plus beau costume et sont toutes mises à l’honneur, même les enfants, que les parents habillent pour la circonstance, sont tous magnifiques.

Beaucoup de couleurs, et une intense chaleur humaine se dégagent de cette fête haute en lumière qui ne ressemble à aucune autre et c’est pour cela que l’on vient de partout ailleurs pour voir nos charrettes St Eloi, St Jean ou St Roch dans la région.

Tant qu’il y aura des hommes et des femmes de bonne volonté et des chevaux de trait, les charrettes sortiront toutes garnies avec autant de passion et d’amour et nous aurons vraiment le sentiment d’avoir accompli notre devoir de mémoire.

Derrière tout cela, il y a des femmes et des hommes qui se préoccupent de trouver un moyen de faire vivre notre société qui a besoin de l’aide morale et financière de nos adhérents et d’éventuels mécènes, pour arriver à étoffer la fête avec des groupes folkloriques et autres .

Si nous avons privilégié certains anciens agriculteurs Maussanais, il n’en demeure pas moins vrai, qu’il en reste encore d’autres qui peuvent devenir bayle  s’ils le désirent bien sûr. Et pourquoi pas étendre notre partage avec nos communes voisines : dans la mesure où elles ont une histoire vécue de charrette ramade. Soyons optimistes et l’avenir nous le dira.

Nos anciens nous ont appris le respect, le partage, la convivialité, le sens de l’accueil et surtout le maintien des traditions qui doit se perpétuer : ne les  décevons pas …...